Cattenom de Stecker zéien

 

Lors du point presse les écologistes des quatres pays ont également présentée une déclaration commune:

Sortir de l’énergie nucléaire – Pour une Europe de l’énergie renouvelable !
Déclaration conjointe de l’Alliance 90/Les Verts (Allemagne), Europe Ecologie Les Verts (France), Ecolo (Belgique) et déi gréng (Luxembourg) à l’occasion du 26 Avril 2014, date anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl :

L’énergie nucléaire est dangereuse et les rayonnements radioactifs ne s’arrêtent pas aux frontières. Les accidents mortels de Tchernobyl et de Fukushima en sont les preuves irréfutables. Mais en Europe plusieurs réacteurs qui auraient dû être arrêtés depuis longtemps fonctionnent en dépit de la multiplication des accidents – de Fessenheim à Cattenom en passant par Tihange. En outre, le problème de la sécurité du stockage des déchets nucléaires hautement radioactifs n’est toujours pas résolu.

Par conséquent, nous réaffirmons aujourd’hui notre objectif d’une sortie progressive du nucléaire en Europe. Nous voulons que les centrales nucléaires soient fermées progressivement – en particulier les plus anciennes et les moins sûres, les remplacer par des énergies renouvelables, promouvoir l’efficacité énergétique et les économies d’énergie, garantissant ainsi un approvisionnement en énergie sûr et des emplois durables. Alors que le coût de l’énergie nucléaire augmente de manière significative les énergies renouvelables sont plus abordables que jamais. Une nouvelle étude belge du ministère wallon de l’Energie vient de conclure que pour la même production d’énergie, le nucléaire serait 15% plus cher que l’énergie éolienne, tandis que l’éolien créerait en outre 4x plus d’emplois.

L’efficacité énergétique et les renouvelables nous permettent d’être moins dépendants des importations d’énergie pour le moins coûteuses. Rien que pour le pétrole et le gaz russe, 163 000 000 000 d’euros ont été dépensés l’année dernière dans l’UE. L’attachement à l’énergie nucléaire et au charbon est irresponsable non seulement pour le climat et le risque nucléaire, mais affaiblit aussi l’Europe géopolitique.

Les politiciens conservateurs comme Cameron, Tusk et Barroso ont empêché en janvier que l’UE renforce sa politique énergétique et climatique, en empêchant que soient arrêtés des objectifs ambitieux pour 2030. Au lieu de saisir les opportunités de la transition énergétique, ces politiciens envisagent de construire de nouvelles centrales nucléaires.

Ainsi l’élection européenne du 25 mai est l’occasion de choisir une nouvelle direction, entre l’énergie nucléaire et les sources d’énergie renouvelables. La position des écologistes est claire: sortons de l’énergie nucléaire – pour une Europe de l’énergie renouvelable !

Nous demandons:
· Une sortie progressive de l’énergie nucléaire en Europe.
· Un objectif ambitieux de l’UE pour le développement des énergies renouvelables d’au moins 45 % d’énergie verte en 2030.
· La mise en œuvre cohérente et rapide de la sortie du nucléaire en Allemagne, en France et en Belgique, en priorité pour les centrales les moins sûres, tels que les stresstests de Fessenheim, Cattenom et Tihange l’ont démontré
· L’amélioration des tests de résistance européens pour les centrales nucléaires et les plus hauts standards de sécurité pour toutes les installations nucléaires européennes.
· La fin de toutes les subventions directes et indirectes de l’énergie nucléaire.
· Le remplacement d’EURATOM par une Union européenne de l’énergie renouvelable.
· Une stratégie énergétique pour l’Europe, qui repose sur les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et les économies d’énergie dans le secteur de l’électricité, de la chaleur et de la mobilité, réduisant ainsi le coût sans cesse croissant des importations de combustibles fossiles et nucléaires.

 

Etaient entre autres présent-e-s:
Simone PETER (co-présidente B90/Les Verts),
Stephanie NABINGER (députée B90/Les Verts en Rhénanie-Palatinat),
Sandrine BÉLIER (députée européenne EuropeEcologie/Les Verts),
Eliane ROMANI (maire adjointe de Thionville 2008/14, EELV)
Josiane MADELEINE (conseillère régionale EELV en Lorraine)
Elisabeth PARACHINI (conseillère communale EELV en Lorraine)
Guy HARAU (Chef de groupe EELV au conseil régional Lorraine)
Cécile THIBAUT (sénatrice Ecolo),
Jean-François GERKENS (conseiller communal Ecolo)
Christian KMIOTEK (co-président déi gréng),
Claude TURMES (député européen déi gréng)
Henri KOX (député déi gréng).

Declaration commune FR-DE-finaleEntete


Les dernières actualités